Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
shaka-un-melody-autourdumonde.over-blog.com

SHAKA ou la rencontre de 2 doux rêveurs passionnés de mer, de large, d' aventures, de voyages et de rencontres... " Le bonheur est un rêve d' enfant réalisé dans l' âge adulte" ( S. Freud)

SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest

SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest

Départ de Sal Rei ( Boavista) le 24 octobre à 17h15.

C' est une nav' un peu plus longue que d' habitude que nous nous aprêtons à faire dans l' archipel.

On mettra en tout 20h pour arriver à Carriçal. Ce sera une navigation, on ne peut plus tranquille avec sur la fin quelques miles au moteur cause pétole.

Les indications sur l' endroit  de mouillage sont assez " floues: " petite baie où on ne peut pas ancrer plus de 2 bateaux, ne pas s' amarrer en bord de plage car un cargo y décharge des cargaisons, mouillage rouleur..." Voilà ce qu' on lit dans les bouquins.

C' est un peu à tâtons que nous arrivons.

Nous confirmons, la baie est petite et il semble difficile d' y mettre plus de 2 voiliers.

Par contre, concernant le cargo, nous ne l' avons jamais vu et on se demande s' il est encore d' actualité vu la petitesse du village.

Peut- être existait- il du temps où la conserverie de thon battait son plein. Depuis janvier 2000, elle a fermé ses portes parce qu' à cette date, l' Europe a interdit la soudure des conserves alimentaires à l' étain et au plomb...

La seule chose qui peut nous empêche d' ancrer plus près de la plage, ce sont les embarcations des pêcheurs et le fait qu' ils y ramassent les appas pour de plus grosses pêches. Ils font cela, en bord de plage, en rabattant de grands filets.

Mouillage rouleur? ... Pas pour le moment bien que le temps soit à l' orage quand nous posons l' ancre à 12h30.

 

 

 

Ciel bas mais spectacle fabuleux!

Ciel bas mais spectacle fabuleux!

L' arrivée est magique.

Carriçal est situé un peu dans les hauteurs.

Les petites maisons colorées encerclent la baie de part et d' autre et au milieu coule.... une palmeraie magnifique, d' un vert intense qui se détache sur le sable brun de la plage.

SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest
SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest
SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest
SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest

Au- dessus du village, des montagnes majestueuses dominent ce petit endroit qui semble tout droit sorti d' un autre temps.

Les montagnes majestueuses.
Les montagnes majestueuses.

Les montagnes majestueuses.

C' est Manuel, un vieux pêcheur d' une énergie incroyable qui viendra à notre rencontre dès que nous posons pied à terre.

On echange dans une langue propre à nous ( Hervé mieux que moi!) entre portugais, espagnol et créole. Nous comprenons alors qu' il nous propose du poisson pour ce soir. 

Nous lui commandons du garupa ( mérou), un poisson que nous avons découvert à Palmeira et que nous apprécions beaucoup tant sa chair est fine et... qu' il n' a pas trop d' arêtes.

Il nous top dans la main, repart de son côté et nous du nôtre à la découverte de cette terre inconnue et insolite.

Avant toute chose, en bon consommateur que nous sommes, nous cherchons le bar du coin pour nous rafraîchir avec une bonne bière, le temps est si lourd! ( l' excuse bidon!...)

Le village est tout petit, pas de bar à l' horizon.

Quelques locaux, nous voyant chercher, nous indiquent un petit groupement de trois maisons sur certainement ce qui doit être la route principale du village.

Nous empruntons un chemin de terre où s' éparpille coq et poules et arrivons au petit bar/ commerce tenu par...  l' instit du village.

 

Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor
Poules, poussins et coq font partie du décor

Poules, poussins et coq font partie du décor

ce qui, je pense, est la route principale du village. Ici, 2 petits commerces sans enseigne.

ce qui, je pense, est la route principale du village. Ici, 2 petits commerces sans enseigne.

Et là... nous savons que nous sommes dans un village autonome ou pas loin.

Le commerce se résume à quelques litres de lait en brique, de la farine infantile, quelques yaourts et biscuits secs, quelques boîtes de conserves de légumes, du vin en brique ( le fameux " Souzette", celui qui nous fait perdre la tête depuis qu' on l' a rencontré!) , des bières, des cigarettes ( que les Cap Verdiens achètent à l' unité) et c' est tout.

Nous découvrirons, le lendemain, un autre petit commerce, deux portes plus loin qui ne possède pas plus.

Nous sommes très accueillis, nous embarquons pour 2000 escudos ( un peu moins de 20€) de course. Quand on sait qu' un Cap Verdien gagne en moyenne 3€/ jour, nous comprenons le sourire du commerçant. Et pour 2000 escudos, nous repartons avec... pas grand chose: 4 yaourts, une souzette ( vin local) en brique,  3 bières, (2 pour nous et 1 pour Manuel afin de trinquer avec lui) et un jus de goyave qu' une femme nous a quémandé sur le passage. La vie est chère au Cap Vert, terriblement cher pour le salaire moyen.

 

un petit commerce, sur les 2 existants et Manuel, notre pêcheur jovial.

un petit commerce, sur les 2 existants et Manuel, notre pêcheur jovial.

 

Ici, pas de réseau téléphonique ou une fois toutes les 10 minutes. D' ailleurs, nous n' avons vu aucun villageois avec un tel en main, ce qui paraît très étrange quand on a pour habitude, chez nous, de croiser dans la rue les gens rivés sur leur tel ( un peu moins classique au Cap Vert, quand- même). Du coup, il est normal ici, quand on se croise, d' échanger un " Bom dia, toudret" ( " bonjour, ça va?") et de répondre " Toudret" ( " ça va"), qu' on se connaisse ou pas. Tellement plus convivial et sympathique!

 Nous empruntons la " grand route" pour nous mettre au pied de l' antenne afin de pouvoir prendre une météo. Le tonnerre gronde au loin, ça sent l' orage. 

La " Grand Route" et unique route qui part de Carriçal. Celle qui mène à l' antenne téléphone du village.

La " Grand Route" et unique route qui part de Carriçal. Celle qui mène à l' antenne téléphone du village.

C' est grâce à un réseau en Edge que nous récupérons tant bien que mal, une météo. Et effectivement, l' orage est annoncé.

Retour bateau pour assurer la soirée.

C' est au coucher du soleil que nous voyons arriver en contre jour, une embarcation de pêcheur. A notre grande surprise, nous voyons arriver Manuel avec quatre beaux garupas fraîchement pêchés. Nous lui laissons, à sa demande, 5€ ( prix du kilo de poisson au Cap Vert)

Il reviendra, le lendemain, nous offrir de bon coeur, un gros garupa sur lequel nous ferons notre repas.

La soirée s' annonce sympathique avec le repas de poisson qui nous attend mais un peu moins avec l' orage qui gronde au loin. Les éclairs illuminent le ciel. Il est 19h, le soleil est couché. Une grosse pluie se met à tomber. Nous prenons cela avec bonne humeur, il était bien tant que SHAKA soit rincé de ce sable rouge apporté par l' harmattan, un vent sec et chaud d' Afrique et  qui se dépose chaque jour depuis que nous sommes arrivés au Cap Vert. Non seulement, il rosit le bateau mais en plus, il s' infiltre partout et abîme les inox. Le matériel prend cher  au Cap Vert. Cela aura valu à Hervé, un démontage de winch qui ne voulait plus rien savoir, encrassé par ce fichu sable.

C' est ce soir là que nous comprenons que le mouillage  peut- être "rouleur", nous passerons la nuit à être gentiment bercés ;-)

les dégâts del' harmattan, Hervé à l' entretien, encore!!

les dégâts del' harmattan, Hervé à l' entretien, encore!!

Au lendemain matin, l' endroit est sous un magnifique soleil et ciel bleu ce qui rend les couleurs encore plus éclatantes!

Il est temps de se mettre à l' eau et d' aller apprécier les fonds.

C' est seule que j' irai explorer. Hervé a déclaré une belle infection en se plantant des épines d' oursins dans le genou, il n' est pas question pour lui d' aller dans l' eau. On essaie de soigner mais malgré ça, l' infection met du temps à se résorber.

Je découvre, à quelques coups de palmes du bateau, un magnifique tombant, très fleuri, très poissonneux. Un endroit où nous aurions pû plonger.

Faute d' avoir mon binôme de plongée bouteille ;-(  je pars en snorkling et en chasse sous- marine, l' occasion pour moi de mettre à profit les bons conseils de notre ami Gino et ..... je reviens avec une bourse pour le repas de midi.

Ma pêche du jour, trop fière ;-)

Ma pêche du jour, trop fière ;-)

Dans l' après- midi, nous avons la visites de 2 ados venus à la nage. Tout mignons, ils montent à l' arrière du bateau et admirent nos palmes, masques, tubas et  le harpon qui traînaient sur le pont.

L' un d' eux essaie mes palmes et me montre qu' elles sont à sa taille. Pincement au coeur, je ne peux pas me séparer de ma paire de palmes, elles me sont trop utiles pour aller vérifier l' ancre, plonger, nager..... J' aurais tellement aimé mais.... je n' arrive pas à lui offrir.

On offre un jus de fruit, des gâteaux secs et on ressent leur gêne à accepter. On insiste et finalement, ils se régalent bien de ça.

Toujours un peu perturbée par mon égoïsme certain, je cherche quoi leur offrir. Un jeu de société dont on ne se sert pas.... oui mais bon, retourner à la nage avec ça et sans savoir s' ils savent jouer aux petits chevaux ou au nain jaune, ce ne serait pas un cadeau très malin.

Et là, illumination! Nous avons gardés 2 masques, encore utilisables mais pas très en forme. Pour l' un, il faut réparer la sangle et pour l' autre, le tour de verre. Me voilà partie dans les coffres et je leur sors les 2 masques. Bingo!  Les 2 garçons nous font un retour de big smiles. Nous voilà partis dans une réparation de fortune à coup de scotch électrique et de colle PVC. Miracle! la sangle tient et le verre est étanche. Voilà les 2 loulous qui nous disent merci et quittent le bateau, masques en place. Quel bonheur de les avoir vu dans l' eau toute l' après- midi à s' amuser!

Petite aparté: plus que de stylos et cahiers, ils ont besoin de matériel pour plonger. A ceux qui voudraient faire une BA en allant au Cap Vert, mettez dans vos bagages palmes, masques et tubas, du matériel de pêche. Vous ferez des heureux dans ce coin du monde où la pêche est une réelle ressource. 

SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest
SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest

Le 27/10, nous prenons la décision de quitter le mouillage pour rejoindre Tarrafal, une grande ville de San Nicolau.

Le genou d' Hervé ne s' arrange pas, le matériel de soin s' épuise, mes compétences d' infirmière aussi: les infections liées aux épines d' oursins, je ne connais pas mais l' allure du genou me fait dire qu' il faudrait voir quelqu' un de compétant en la matière.

Il n' y a pas de cabinet de médecin sur l' île comme on peut en rencontrer chez nous mais il y a un hôpital.

Nous posons l' ancre le 27/11 en fin d' après- midi dans l' avant port de Tarrafal qui porte vraiment bien son nom. Nous subissons des rafales de vent de 30 noeuds qui descendent des hautes montagnes qui dominent l' endroit!

Mouillage dans l' avant port de Tarrafal.
Mouillage dans l' avant port de Tarrafal.
Mouillage dans l' avant port de Tarrafal.

Mouillage dans l' avant port de Tarrafal.

Nous ferons nos papiers d' entrée, le lendemain, sans aucune attente ni report et enchaînons dans la foulée, la visite de l' hôpital de Tarrafal.

Il s' agit d' un centre de soins avec consultations pédiatrique, cardio, dermato, Urgences, hospitalisation (une dizaine de lits) et une pharmacie hospitalière. Hervé passe par les urgences pour un montant de 2€. Nous attendrons 1h30 avant qu' il soit vu par une jeune infirmière qui parle quelques mots de français. Là, un vieux monsieur très affaiblit est pris en urgence avant lui. Il semble connu de tout le monde, chacun y va d' un petit mot gentil, d' une petite attention, d' une aide pour qu' il puisse se déplacer. On sent le respect chez toutes ces personnes vis à vis de ce monsieur.

C' est le tour d' Hervé. Carinn, la jeune infirmière n' y va pas par quatre chemins: une désinfection, un coup de pince longuette pour agrandir les trous, une aspiration à la seringue pour enlever les épines, une irrigation, un coup de pommade antibio, pansement et l' affaire est close. Je n' aurai pas fait mieux. 

On repart avec une prescription d' antibiotiques et de pansements faîtes de sa main  et Hervé est  pratiquement guéri le soir même. 3 jours après le passage dans cet hôpital, Hervé est définitivement débarrassé de cette infection. Merci la médecine Cap Verdienne!

SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest

Après ce petit passage un peu perturbant ( nous n' avons, pour le moment, eu aucun souci de santé), nous voilà reparti " Bon genou, bon oeil!" Et nous allons pouvoir profiter pleinement de San Nicolau.

SAO NICOLAU, remontée vers l' ouest

SAN NICOLAU, c' est une île agricole par excellence.

Elle est riche de paysages et d' histoire.

C' est ici qu' est né Balthazar Lopes da Silva, l' auteur du célèbre roman " Chiquinho". Pour plusieurs, ce roman est considéré fondateur de la littérature Cap Verdienne.

C' est ici qu' est née la fameuse " Sodade" (chantée par Cesaria Evora) par le défunt Armando Zeferino Soares, de Praia Branca, à Tarrafal en 1954. On dit que le " pleurnichement" de la " Saudade" représente la partie d' un groupe d' immigrants des lieux pour la vie difficile dans les " rosas" ( anciennes propriétés de colons).

C' est le pays d' origine  de Paulino Vieira et des artistes comme Toy Vieira, Nisch Wadada, Manu Soares, Neilson Freitas...

Sao Nicolau héberge encore celui qui a été le premier camps de concentration du Cap- Vert. Il n' en reste que des ruines.

L' île accueille 2 des 7 merveilles du Cap- Vert: le parc naturel du Monte Gordo et la plage de Carbeirinho.

Ribeira Brava est la capitale de San Nicolau. Pour y accéder, on peut emprunter l' aluguer qui emprunte une magnifique route côtière et qui nous dévoile toute la beauté de l' île entre ses montagnes et son agriculture ou bien, prendre un aluguer qui nous arrête au pied du Monte Gordo avec la possibilité de monter au sommet à pied et de redescendre par la vallée à pied! Au choix mais quelque soit les choix, tout est beau à voir et tout vaut le coup d' être vu!

Nous avons, nous, une chance certaine! Celle de retrouver les copains de voyages et c' est avec une réelle joie que nous retrouvons Fanfan et Yves de LOUMAD qui nous mettent en relation avec 2 autres voisins de mouillage bien avant leur arrivée ;-)

Nous partagerons cette découverte de l' île à plusieurs et c' est tellement plus sympa.

Nous voilà donc en route avec Caroline et Edouard d' HELIOS, Marion et Etienne de COCO BANGO, des petits jeunes de 30 ans partis pour un an de voyage. Camille, Bruno et Pierre, partis en famille pour une durée indéterminée avec des rotations familiales, amicales et... Fanfan et Yves, nos copains de Palmeira accompagnés d' Hercule, leur super chien qui n' aboie pas! ( Helmut, si tu me lis.... je te fais une caresse ;-) )

Petit parcours de San Nicolau en diaporama:

Moment exceptionnel que nous avons partagé ici, la visite d' une école avec notre guide Rossland. 

Il faut avouer qu' au prime abord, nous n' étions pas partant, ne voyant pas trop ce qu' on allait faire en pénétrant dans cette école et comme quoi, il ne faut jamais rester sur des " à priori", ce moment à été riche en partage.

Nous avons été invité par le professeur d' Anglais à venir expliquer " au tableau", le pourquoi nous étions ici. Ce moment n' était pas dénué de sens: à la fin de ce bel échange avec les enfants, le professeur à fait une conclusion sur l' importance de parler l' anglais puisqu' il permettait le voyage et le travail à l' étranger.

Hervé s' est retrouvé prof d' anglais dans une école face à des élèves pour 10 mn, qui l' eu cru ;-) De prof de ski à prof scolaire, il n' y a qu' une partie d' océan à franchir!

Hervé en professeur des écoles!

Nous partons pour Mindelo demain!

MIN- DE- LO, ça sonne comme le départ pour la TRANSAT! 

Nous y sommes, dans les starting- blocks J-15 ( +/- quelques jours, selon météo)

Merci à toute la chouette équipe de San Nicolau pour ce moment partagé.

A bientôt, de l' autre côté de l' Atlantique!!!!! 

Dernier apéro tous ensemble sur LOUMAD

Dernier apéro tous ensemble sur LOUMAD

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article